énsa-v
agenda
< <

décembre 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

recherche

Colloque / Manifestes pour une architecture du vivant

Responsables scientifiques Richard Scoffier & Vincent Jacques, enseignants à l'énsa-v

Vendredi 13 mai 2011 de 9h à 19h

Cité de l'architecture & du patrimoine

PDF : Programme du colloque

Colloque co-produit par le Laboratoire de l'Ecole d'Architecture de Versailles (LéaV), le Centre d'Art Contemporain de Versailles (la Maréchalerie), le réseau PhiLAU et la Cité de l'architecture & du patrimoine
Responsables scientifiques Richard Scoffier & Vincent Jacques, enseignants à l'énsa-v avec la participation de Manola Antonioli, Hélène Maupas etTaïna Pichon, Philippe Rahm, Alexis Tricoire, Liliane Viala, X-tu (Nicolas Demazières et Anouk Legendre), Chris Younès.

Programme

Thématique Envoi
L’architecture d’aujourd’hui ne peut plus être pensée comme une enveloppe inerte protégeant son occupant humain, à l’image d’une sculpture creuse.
L’architecture est-elle un dispositif redoublant la conception dualiste d’une conscience ou d’une âme prisonnière d’un corps ? L’architecture est-elle ce subtil artifice qui protège cet être qui n’appartient pas entièrement à l’ordre de la nature, cet être qu’on appelle l’homme ?

Plus que jamais, pourtant, la pensée tend à remettre en question la coupure ontologique entre l’homme et la nature. Au siècle classique, Spinoza critiquait déjà ceux qui concevaient l’homme tel un « empire dans un empire » ; sommes-nous aujourd’hui capables de dépasser cette coupure, avons-nous les outils pratiques et théoriques pour l’outrepasser ? Est-il possible de penser l’architecture à partir de la nature et non à partir de l’homme ?

Nous postulons que la phénoménologie, l’existentialisme, Heidegger et son homme qui habite en poète ne nous sont plus d’aucun secours... Ces pensées sur lesquelles se fondait l’enseignement de l’architecture néo-moderne ont depuis longtemps dépassé leur date de péremption. Plus d’espace perçu, plus de parcours, plus de dilatation et de compression spatiale : mais des dispositifs permettant de répondre à un monde sans hiérarchie, sans transcendance ou s’agitent de multiples puissances : puissance de germination des végétaux, puissance de dévoration des animaux, puissance des rituels humains contre-nature...

Plus question d’asservir la terre à l’homme. Il s’agit désormais de faire collaborer les corps humains et leurs rythmes organiques, avec d’autres rythmes (animaux, végétaux...), de penser une architecture du devenir, du mouvement, d’inventer des constructions coordonnant à la fois les processus de ruinification, les rituels humains d’habitation, le cycle des saisons, les migrations animales...

Penser le vivant
La philosophie du vivant de Spinoza à Negri, Nietzsche à Sloterdijk, et de Bergson à Deleuze s’oppose à la pensée de l’existant qui va de Hegel à Heidegger, de Husserl à Merleau-Ponty, de Levinas à Derrida. Nous proposons en introduction de faire l’archéologie de cette pensée pour mieux imaginer comment refonder à partir d’elle la pratique architecturale.

9h30 / Discours inaugural : Vincent Michel, directeur de l’ENSAV
9h45 / Présentation de la journée
10h00 - 12h00 / Interventions :
/ Architecture du vivant : Richard Scoffier, Architecte, Enseignant à l’énsa-v
/ Guattari et Sloterdijk : Manola Antolioni, Philosophe, Chercheur à l’Université Paris Nanterre
/ Individuation de la nature : Spinoza, Simondon, Deleuze : Vincent Jacques, Philosophe,
Enseignant à l’énsa-v
Débat

Œuvrer avec la Nature
C’est la nature naturante qui nous intéresse. Celle que Spinoza définit comme puissance génératrice en opposition à la nature naturée qui n’est qu’une accumulation de productions naturelles (arbres, mers, pierres…). La nature n’est plus considérée comme un fond, un horizon, une étendue, mais comme une substance unique de laquelle procède tout ce qui vit et croît.

14h00 - 16h00 / Interventions :
/ Une architecture pour les animaux : Hélène Maupas et Taïna Pichon, Architectes
/ Mettre en œuvre le végétal : Alexis Tricoire, Designer
/ Ville monde : X-tu (Anouk Legendre et Nicolas Demazières) Architectes
Débat

Corps matière
Réfléchir sur les usages, les gestes compulsionnels, les rythmes organiques qui animent les corps des utilisateurs, considérés comme des matériaux de construction parmi d’autres…

16h00 - 18h00 / Interventions :
/ Interroger les usages institués : Liliane Viala, Artiste, Enseignante à l’ENSAV
/ Métabolisme : Philippe Rahm, Architecte, Enseignant à l’ENSA Normandie
/ Architecture du vivant : Chris Younès, Philosophe, Enseignante à l’ENSAPV
Débat

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Cité de l’architecture & du patrimoine
Palais de Chaillot - Salle Anatole de Baudot –
accès par le 7 avenue Albert de Mun - Paris 16e (M°Iéna ou Trocadéro)

Renseignements et inscriptions :
marie-christine.martinez@versailles.archi.fr
t. 01 39 07 41 16

Colloque / Manifestes pour une architecture du vivant