énsa-v
agenda
< <

décembre 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

exposition

Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, Laurent Tixador. Sur des territoires fluides.

17 septembre - 11 décembre 2016

Vernissage jeudi 6 octobre à partir de 18h

centre d´art

lien : Suivez La Maréchalerie sur Facebook !

contact : lamarechalerie@versailles.archi.fr

PDF : Dossier de presse de l'exposition

La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’Ecole d’Architecture de Versailles accueille pour inaugurer sa programmation 2016-2017, une exposition collective regroupant trois artistes questionnant la notion de territoire : Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, et Laurent Tixador.
Réunissant vidéos, sculptures, installation et performances, l’exposition donne à voir des expériences nourries du monde, de l’utopie, du paysage, de la ville et de ses emblèmes.

Didier Fiuza Faustino (né en 1968) aborde les rapports complexes entre le corps humain et l’habitat qui l’entoure, de manière « construite ». Créateurs d’½uvres plastiques mais aussi d’architectures, Didier Fiuza Faustino ½uvre à la frontière entre ces deux disciplines et renouvèle à chaque projet une expérience corporelle de l’espace. A La Maréchalerie il présente une installation composée de barrières Vauban utilisées habituellement par les forces de l’ordre pour canaliser les foules qu’« il transforme en une sculpture invitant à repenser l’ordre imposé. Retravaillées selon des formes classiques, les barrières acquièrent une dimension esthétique inspirée des jardins à la française et formalisent la relation entre architecture militaire et jardin ».

Amateur de géographie « appliquée », Till Roeskens (né en 1974) appartient à la famille des artistes-explorateurs. Son travail se développe dans la rencontre avec un territoire donné et ceux qui tentent d'y tracer leur chemin. Ce qu'il ramène de ses errances, que ce soit sous la forme d'un livre ou d'un film vidéo, se veut une invitation à l'exercice du regard. Ses « tentatives de s'orienter s'élaborent avec le souci récurrent de toucher un public non averti et de rendre les personnes rencontrées co-auteurs de l'½uvre ». A La Maréchalerie Till Roeskens présente deux films à propos de deux territoires. Dans le premier, l’artiste redessine selon son expérience la carte de Marseille sur le sol en récitant des moments choisis de vie devant ses habitants. Dans le second film, Till Roeskens donne à entendre les témoignages de réfugiés de guerre du camp d’Aïda en Palestine sur l’image d’autant de cartes en train de se faire et de se vivre. L’artiste révèle ainsi les conflits intérieurs et les paradoxes créateurs de beauté présents au sein de toute cité.

Laurent Tixador (né en 1965) se confronte quant à lui au paysage et au territoire de manière extrême et directe. En organisant une chasse à l’homme dont il est la proie tout en reliant à pied Nantes à Paris, ou en réalisant la première « expédition artistique » rejoignant le Pôle Nord géographique, Laurent Tixador traite de l’exploration d’un territoire comme d’une performance en elle-même. Ses ½uvres révèlent ensuite les traces photographiques, filmiques et des objets fabriqués ou récupérés lors de ces « périples ». A La Maréchalerie Laurent Tixador présente deux films ; le premier - tourné au gré des événements dans une ancienne caserne habitée par l’équipe de tournage - donne à voir la mise en place d’une sorte d’utopie communautaire ; et le second, journal de bord d’un nouveau genre, où Laurent Tixador tente de survivre seul pendant plusieurs jours dans la forêt de Chamarande avec pour tous attributs ses lunettes et son téléphone, éprouvant ainsi le corps de l’artiste.

Installation in situ, pratiques de l’errance, performances, ou traces d’expérimentations géographiques passées, l’exposition Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, Laurent Tixador. Sur des territoires fluides se propose de livrer trois regards (d’artistes) engagés - politiquement et/ou physiquement - d’« un questionnement permanent sur ce qu'il est possible de saisir de l'infinie complexité du monde ».



/ ÉVÉNEMENTS
Journées Européennes du Patrimoine

Samedi 17 et dimanche 18 septembre
Ouverture de l’exposition de 14h à 18h
Visites commentées gratuites à 15h
Entrée libre sans réservation

Nuit de la Création/Nuit Blanche
Samedi 1er octobre
Ouverture de l’exposition de 14h à 1h du matin
Entrée libre

Vernissage
Jeudi 6 octobre
A partir de 18h

Performance
Jeudi 6 octobre
Performance Plan de situation : Consolat Mirabeau de Till Roeskens à 18h30 (durée 1h30 environ)
Entrée libre


/ HORAIRES
Exposition ouverte du 17 septembre au 11 décembre 2016
Du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Et le mardi de 13h à 19h
Entrée libre
Fermé les lundis et jours fériés.

/ ACCES DU PUBLIC
Du mardi au vendredi : 5, avenue de Sceaux ou Place des Manèges (avenue du général de Gaulle)
Samedi et dimanche : Place des Manèges (avenue du général de Gaulle)


Pour toute demande :
lamarechalerie@versailles.archi.fr
01 39 07 40 27

Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, Laurent Tixador. Sur des territoires fluides.

Didier Fiuza Faustino, Love Songs for Riots, 2013. Crédit photo : Nicolas Brasseur


Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, Laurent Tixador. Sur des territoires fluides.
Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, Laurent Tixador. Sur des territoires fluides.
Didier Fiuza Faustino, Till Roeskens, Laurent Tixador. Sur des territoires fluides.