énsa-v
agenda
< <

octobre 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

exposition

LES ARPENTEURS {HORIZON 1}

Laurent Sfar
Du 28 mai au 17 juillet 2010

centre d´art

PDF : Communiqué de presse - Laurent Sfar

Premier numéro de la série : Les Arpenteurs {Horizon n° 1}. Une action filmée hors-les-murs : la guérite volante aux commandes d’un récit burlesque. Les déambulations périphériques de cette guérite ubuesque interrogent l’ailleurs en résonance avec la situation géographique de l’espace d’exposition.
La guérite dévale les plans inclinés du parc, redessinant sans foi ni loi de ses sauts acrobatiques l’architecture paysagère et les perspectives ouvertes sur le lointain. Elle pointe de sa hauteur les proportions idéales d’André Le Nôtre et les déformations anticipées liées aux effets de fuite. Dans sa course folle, la guérite volante rejoint ensuite le terrain plat du Tir National de Versailles, à l’horizon clos. Des tireurs d’élite – deux acteurs locaux rencontrés dans le cadre du projet – le regard concentré sur leur cible, tirent sur une envolée multicolore d’oiseaux mécaniques. S’enclenche une curieuse partie de tennis, où les balles suivent les frappes de joueurs fantomatiques. Autant de scènes invraisemblables et saugrenues dont le personnage de la guérite demeure le témoin muet et interdit.


Du château au stand de tir, Laurent Sfar redessine un périmètre possible du Domaine National de Versailles, territoire bien ancré dans le réel et cependant invisible. Figure du géomètre-arpenteur, il révèle de nouvelles frontières et lignes imaginaires : son voyage aérien et chthonien rend visible à l’½il nu le périmètre du domaine libéré des grilles factices qui ceinturent les lisières artificielles du parc et du château. L’artiste interroge ainsi avec humour et ironie la charge patrimoniale et symbolique d’une ville monument historique. La narration subvertit le réel et fabrique de nouveaux mythes.
Le dispositif de projection, installé dans la salle d’exposition, accuse la cohérence / incohérence du scénario. Apparition / disparition, semblances / dissemblances, rapprochements inattendus créent le fil conducteur de ce conte surréel. Un écran grand format tourne sur lui-même et intercepte par passage le mouvement des images.
La pièce in situ est accompagnée d’un travail de documentation qui enracine le projet dans son environnement. La vidéo Traffic (#2) (2005) réfère à un projet originel refusé : il s’agissait de faire tourner sur lui-même le coin d’un parterre de buis taillé dans le parc du château de Versailles, recomposant sans cesse le motif dessiné par Le Nôtre et soulignant l’artifice d’une perception illusionniste à l’½uvre dans les jardins.

Autres rendez-vous
samedi 3 juillet : Visite de l'exposition puis Promenade dans les jardins du Château de Versailles en présence des architectes Hervé Bagot et Jean Castex, et de Laurent Sfar.
Rdv à La Maréchalerie à 11h autour d'un petit déjeuner.
Réservations par mail : lamarechalerie@versailles.archi.fr


L’exposition a été réalisée avec la collaboration du Château de Versailles, de France Miniature et du Tir National de Versailles.

LES ARPENTEURS {HORIZON 1}

Sur le tournage des Arpenteurs, parc du Château de Versailles, 2010
© L. Tura


LES ARPENTEURS {HORIZON 1}
LES ARPENTEURS {HORIZON 1}
LES ARPENTEURS {HORIZON 1}