énsa-v
agenda
< <

décembre 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

recherche

Soutenance de thèse de Raphaël Labrunye - Ladrhaus- énsa-v

Médiatisation, réinterprétations, et analyse d'un édifice-événement - L'orphelinat d'Aldo van Eyck à Amsterdam (1955-1960)

Jeudi 08 Janvier 2008 à 9h30

énsa-v - salle des conseils

PDF : Invitation

Thèse dirigée par Anne-Marie Châtelet, professeur à l'Ecole Nationale Supérieure d'architecture de Versailles

Jury :
Jean-Louis Cohen, professeur à l'Université de Paris VIII et à l'Institute of Fine Arts de New York University (rapporteur).

Jean-Yves Mollier, professeur à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Francis Strauven, professeur émérite à l'Université de Gand

Pieter Uyttenhove, professeur à l'Université de Gand (rapporteur)



Résumé en français

La thèse vise à décrypter le rôle que joue l'image, et la photographie en particulier, dans la diffusion, puis dans la réception «savante» et l'historiographie d'une œuvre architecturale, l'orphelinat d'Amsterdam, construit entre 1955 et 1960, par l'architecte néerlandais Aldo van Eyck (1918-1999). Référence majeure de l'architecture du XXe siècle, ce bâtiment est un édifice-événement. Fortement médiatisé à son achèvement, notamment lorsque les jeunes membres du Team 10 (dont van Eyck) déclarent la mort des CIAM lors du congrès d'Otterlo en 1959, il est ensuite réinterprété dans les années 1970 par de nombreux auteurs, qui le situent à l'origine de nombreux mouvements ou concepts architecturaux : Structuralisme, Mat-building, New Amsterdam School. Tout au long de ces différents processus de médiatisation, la photographie aérienne du bâtiment supplante tout autre mode de représentation et de connaissance de l'édifice. Au moment où émergent les mass média, l'œuvre architecturale devient une icône, au sens littéral du terme : une image.

Or, sur cette photographie aérienne, l'orphelinat apparaît comme une œuvre proliférante, qui se caractériserait par une addition de modules identiques ; cette interprétation ne résiste cependant pas à une étude attentive du bâtiment, effectuée grâce aux croquis d'études et aux plans béton, qui démontrent l'absence de toute rationalisation structurelle ou constructive.

La représentation de l'architecture, nécessaire à sa conception et à sa diffusion, introduit donc une perversion dans la réception de l'architecture. En ce sens, l'histoire de l'architecture doit intégrer trois acteurs : l'œuvre, son support de diffusion, et le regardeur


Résumé en anglais

The thesis aims to analyse the role of the image, and photography in particular, in the broadcast, and then in "scholar" reception and historiography of a work of architecture, the Amsterdam's orphanage, built between 1955 and 1960 by the Dutch architect Aldo van Eyck (1918-1999). Major reference of the architecture of the 20th century, this building is an event-making building. Highly publicized at its completion, particularly when the young members of Team 10 (including van Eyck) announce the death of CIAM in Otterlo Congress in 1959, it is then reinterpreted in the 1970s by many authors, who located it as the root of many movements or architectural concepts: Structuralism, Mat-building, New Amsterdam School. Throughout these media processes, aerial photography of the building supplant any other mode of representation and knowledge of the building. At a time when mass media emerging, the architectural work becomes an icon, in the literal sense of the term: an image.

However, on this aerial photograph, the orphanage appears like a mat-building, which is characterized by an addition of identical modules. However, this interpretation does not stand up to careful study of the building, made through sketches study and concrete plans, which demonstrate the absence of any structural or constructive rationalization.

Therefore, the representation of architecture, a necessity for its design and its dissemination, introduces a perversion in the reception of architecture. In this sense, the history of architecture must include three actors: the work, its distribution medium, and the viewer.
École Nationale Supérieure d'architecture de Versailles


Soutenance de thèse de Raphaël Labrunye -  Ladrhaus- énsa-v

Affiche de la soutenance