énsa-v
agenda
< <

octobre 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

recherche

Figures de la fiction documentaire : Marker et la question de l’histoire

de Vincent Jacques, philosophe, enseignant ENSA-V & chercheur au LéaV

Le 27 janvier 2016 de 18h30 à 20h30

Collège International de Philosophie

lien : Pour en savoir +

Figures de la fiction documentaire : Marker et la question de l’histoire

de Vincent JACQUES, philosophe, enseignant ENSA-V

Résumé :
En vue de la poursuite de notre réflexion sur la pratique documentaire de Chris Marker, nous proposons de nous concentrer sur le thème des gestes essentiels du cinéma exposés dans son œuvre. Il s’agira de démontrer que certaines œuvres de Marker peuvent se comprendre comme une pratique réflexive sur les notions essentielles du cinéma. Ainsi sur le montage, La Jetée et Le Fond de l’air est rouge. Sur le cycle de production-circulation-consommation qui rend possible le cinéma, les films tournés avec le groupe Medvekine. Sur la restitution du réel, Le joli mai, vision personnelle du ciné « ma-vérité ». Des films peu connus comme Henchman Glance (2008) et Stopover in Dubaï (2011) nous permettront quant à eux d’aborder les thèmes de la projection, de la captation et de l’automatisme de la caméra. À chaque fois, il faudra relier la réflexion à l’œuvre dans chaque film à des textes théoriques, par exemple examiner ce que donne à penser l’automatisme de la caméra de surveillance (Stopover in Dubaï) par rapport aux textes fondateurs de Vertov et d’Epstein. Il sera également intéressant d’étudier les œuvres de Marker en regard des débats intellectuels contemporains à leur élaboration. Ainsi le travail avec le groupe Medvedkine fait-il écho à la conception de l’intellectuel spécifique élaborée par Foucault et Deleuze : Marker refuse de parler pour les ouvriers, mais devient leur intercesseur grâce à la compétence spécifique qu’est son savoir-faire cinématographique. De même, le document initial de Henchman Glance que lui transmet l’historienne Sylvie Lindeperg est retravaillé dans l’optique des travaux de celle-ci sur la distinction des régimes d’images. En retravaillant des archives dans le sens de la critique des sources, Marker participe alors à la nouvelle approche historiographique des archives audiovisuelles. Nous verrons ainsi que chez Marker penser l’histoire c’est penser le cinéma tout en méditant sur l’époque et sur les moyens que celle-ci mobilise pour se saisir dans le temps.


Lieu:
Collège International de Philosophie
18h30-20h30
Salle L201 (au lieu de Germaine Tillion), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) 25 rue de la montagne Sainte Geneviève 75005 Paris

Figures de la fiction documentaire : Marker et la question de l’histoire